Catalogue Défi 2012 : A la recherche du trésor de Béatrice de Lascaris

Tende, France — 04/08/2012

Première chasse du Défi 2012 ! Le 04 août 2012, pour cette première édition, Séraphin le savant fou avait réglé sa machine à voyager pour un débarquement à Tende au lendemain de la mort de Béatrice de Lascaris. C'est là qu'apparait Constance, sa dame de compagnie...

Vous n’avez pas eu la chance de connaître ma maitresse, Béatrice, mais sachez seulement que c’était une bonne personne. Elle n’a commis qu’une erreur dans sa vie : s’être remariée au Duc Filippo Maria Visconti. Un homme vil et cruel, qui ne l’a épousé que pour sa dot, j’en suis sure ! Son premier mari, il condottiero Facino Cane n’était déjà pas un tendre, mais ce Filippo est bien plus cruel encore ! Depuis qu’il est monté sur son trône, il ne se préoccupe plus du tout de ma maîtresse. Pire, même, elle le dérange. Ou plutôt le dérangeait. Oui, elle le dérangeait parce qu’elle était bien plus intelligente que lui, et commençait à poser des questions sur les affaires politiques… Mais, je crois que rien ne serait passé si le Duc ne s’était pas entiché de cette vipère ambitieuse d’Agnès. Elle a tout fait pour que ca se finisse comme ça. C’est elle qui a tout manigancé, j’en suis sure.

Le Duc a accusé publiquement Béatrice de  l’avoir trompé avec son jeune troubadour… et a torturé deux domestiques jusqu’à ce qu’ils confirment cette version et accusent également ma maîtresse (mais à tort). Quelle injustice ! Elle n’aurait jamais  au grand jamais commis pareille infamie, elle si croyante, si droite. Et pourtant, ce ne sont pas les occasions qui manquaient …

Toujours est il qu’ils ont tous les deux été condamnés à mort, elle et son troubadour. Quelle peine de les voir clamer leur innocence jusqu’à l’échafaud. Et je n’ai rien pu faire !! Mais s’il est une chose que je me dois de faire pour elle, c’est de respecter ses dernières volontés. Avant de monter sur l’échafaud, elle m’a fait parvenir ce mot :  « ma chère et dévouée Constance, je mourrai le cœur apaisé, car je sais que celui qui me fait assassiner sera bientôt ruiné. J’ai en effet réussi à dissimuler le reste de ma dot dans une cachette  sur laquelle il ne pourra mettre la main. Je souhaite que ce trésor serve à mon peuple, que j’ai vu souffrir pendant des années, volé et asservi par ce duc que  j’ai eu le  malheur d’épouser. Je te laisse un carnet d’indices pour découvrir l’emplacement du coffre le plus secrètement possible. Méfie toi des espions et de cette Agnès qui manigance et manipule mon mari. Adieu, ma chère Constance, prends soin de toi, et sens toi libre de conserver pour toi une partie de ce trésor. Béatrice »

Pourrez vous m’aider à trouver ce trésor ?